Rando'Nues de Juin

Quelques randonnées faites en tenue de soleil en ce mois de juin pas toujours très ensoleillé !

En cette fin de printemps particulièrement pluvieuse, la nature ne manque pas de nous exposer toute sa beauté … Prairies verdoyantes couvertes de multiples variétés de fleurs, bouquetins, biches ou chevreuils, et marmottes à peines surprises par notre présence.

Arbres et rochers, ciel bleu azur et cumulos nimbus, renforcent les contrastes au couleurs déjà vives.


 

La Montagne de Beaufayn

C'est par une météo favorable et un beau soleil que nons partons, ce Dimanche 5 juin, d'Ausson en direction de la Montage de Beaufayn.
Un parcours en boucle par le Pas du Renard, le Petit Justin, le Col de Beaufayn, et retour par le Pas du Loup et la forte descente (54%) de Combe Obscure est prévu.

Le Pas du Renard est marqué par un passage étroit entre 2 énormes rochers et une grosse pierre oblige les VTTistes à prendre leur vélo sur l'épaule.

Nous voilà au Col de Beaufayn, un coin d'herbe s'offre à nous pour un pique-nique au soleil. Je met ma chemise sur les épaules pour me protéger du soleil, mais rapidement le temps se gâte ; de gros nuages sombres arrivent du Nord accompagnés de grosses gouttes de pluie.
Alors que la pluie s'intensifie, nous décidons de rebrousser chemin pour ne pas prendre de risques dans la forte descente que nous ne connaissons pas.

La pluie s'éloigne maintenant pour laisser la place à un soleil timide. Nous en profitons pour faire un détour après le Col du Lion, non loin de la Coix de Justin.

Un couple de randonneurs arrive derrière nous et nous surprend dans notre tenue ; un bonjour à leur passage, et lorsqu'il s'éloigne nous percevons un "C'est la première fois …" suivi du rire de la dame !  Réaction somme toute assez sympathique qui caractérise généralement les rancontres que nous pouvons faire lors de nos randonnues.

Une situation que certains peut-être ne comprendrons pas, et pourtant …
Sous la pluie fraiche et assez forte, Francis est resté nu, ayant juste mis le protège sac pour ne pas mouiller ses affaires. J'étais la chemise sur les épaules, dégoulinante d'eau, j'avais froid alors que Francis ne se souciait pas de cette pluie et séchait rapidement juste après.
C'est bien réel, le vêtement normalement fait pour nous protéger produit souvent l'inverse et accentue les sensations désagréables !
Malgré ces petits désagréments, cette balade nous laissera de merveilleux souvenirs.

Nous remercions Jean-Claude R. pour ses connaissance en botanique.

Bernard.


        Catégorie       Répertoire         Home1

Les Sucettes de Borne

Nous voilà partis, le Dimanche 12 juin, pour découvrir les Sucettes de Borne … Parcours très touristique sur lequel nous allons rencontrer de nombreux promeneurs à la recherche du calme et de très beaux paysages.

Du parking, déjà bien plein, après le pont juste à la sortie du hameau de Borne, nous prenons le sentier balisé sur notre droite qui enjambe par une passerelle en bois le ruisseau de Puscie dont les eaux cristalline écument au cours des minuscules cascades entre les rochers.
Un couple d'allemands, semble-t-il, est devant nous, nous échangeons quelques paroles sur ce lieu magnifique, puis nous prenons des sentiers divergents. Nous nous dévêtirons peu après. Nous les rencontrerons plus loin, surpris mais amusés de notre tenue bien différente de celle du départ.

L'atmosphère est tièdes sur un sentier ombragé tantôt de hêtres, de pins ou d'ifs qu'un soleil pâle a de la peine à percer.
Une belle vipère aspic est en travers du sentier à la recherche d'un peu de soleil, et Francis évite de justessse d'y mettre le pied dessus. Nous prenons le temps de la photographier avec prudence avant de la pousser de l'extrémité d'un bâton pour la faire fuir. Elle disparaitra lentement dans les grandes herbes.

Je  vous propose de bien faire la distinction entre la vipère dont la morsure venimeuse peut être mortelle et la couleuvre vipérine qui ne présente aucun danger pour l'homme. Ces serpents sont protégés, ils n'attaques que pour se défendre et préfèrent fuir. Faisant partie de la diversité des espèces dont la nature qui nous entoure nous offre, il ne faut pas les tuer !

La vipère

Vipere aspic 1

Le corps assez trapu se termine sur une queue relativement courte, elle mesure entre 50 et 70 cm de long.
Sa robe grise peut présenter des variantes de couleur selon les espèces. Des marques longitudinales noires ou brunes sur tout leur corps peuvent présenter différents motifs, en zig-zag, ou des marques latérales.

On la rencontre exclusivement sur terre (jamais dans l'eau), du printemps à l'automne, et si elle a un poisson dans la gueule ce n'est pas une vipère.
Elle s'abrite généralement dans les rocailles et hiberne toute la périonde froide.

Elle se nourrit principalement de petits rongeurs et de lézards. Grace à l'élasticité de ses mâchoires, elle peut avaler entières des proies 4 fois supérieures à sa gueule. Ses sucs gastriques très puissants digèreront tout sauf les poils et les dents de ses victimes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vipère_aspic

Vipere aspic 2

On la distingue par sa tête triangulaire fortement renflée à l'arrière des yeux dont les pupilles sont verticales et son nez retroussé qui se prolonge par une arête au-dessus des yeux. Son cou est plus fin que le reste de son corps.

La couleuvre vipérine

Couleuvre viperine 6

Le corps plus éfilé se termine sur une queue plus fine. Sa longueur peut atteindre 1 mètre.
Sa robe grise ornée de motif noirs semblables à ceux de la vipère peut les faire se confondre en première observation.

On la rencontre aussi bien dans l'eau que sur terre ferme.
Exemples : Ruisseau d'aucelon, ou crêtes des montagnes de Rimon.
Elle s'abrite soit dans des touffes buissonneuses épaisses, soit dans la rocaille.

Son alimentation est mixte, lézards, petits rongeurs, mais elle est friande de poissons.
C'est un pécheur remarquable et inépuisable :
Couleuvre et truite v01 mnvr

Elle se caractérise par un museau arrondi, la pupille de ses yeux est ronde et son coup fait continuité entre la tête et le corps sans rétrécissement.

Couleuvre viperine 4

Lorsqu'elle est sur la défensive sa tête peut présenter un renflement à l'arrière, ce qui peut la faire confondre avec une vipère.

Couleuvre viperine 5

Nou sommes maintenant devant les sucettes, ces grandes lames rocheuses dressées vers le ciel.
Mieux qu'un long discours, je vous propose quelques belles images.

Nous reprenons à présent un sentier sur la droite qui grimpe dans la montagne, pour revenir en boucle par le chemin du refuge. Une végétation riche nous entoure, et toujours de très beaux poins de vue se déroulent autour de nous.
Nous rencontrerons plusieurs couples de tout âge, puis un couple avec 2 enfants de 6 à 7 ans que j'évite en passant derrière un bouquet d'arbre ; croyant qu'ils continuaient leur parcours, je reviens sur le chemin et surpris de les voir toujours là j'accélère le pas.
Nous les rencontrerons plus tard, mais cette fois, habillés ; Ils nous avaient aperçus et les parents avaient juste la crainte des questions des enfants auxquelles ils ne savaient trop comment répondre. Nous les avons rassurés sur ce point, sachant que les enfants correctement éduqués ne sont pas choqués par la nudité.

Nous croiserons peu après un groupe de 7 ou 8 femmes bien dynamiques … à priori, des ardéchoises.
Je leur lance : "Vous avez de la chance, nous venons juste de nous rhabiller …".
Je leur tend une carte de l'association pour finir de les convaincre et leur explique que notre activité est déclarée en préfecture, donc légale.
Une question : "Il faut être tout nu, vraiment tout nu … il faut même quitter le slip … et quels avantages vous y trouvez ?"
"Bien-sûr mesdames, c'est bien le but de notre association, la recherche du bien-être au coeur de la nature, mais nous tolérons à nos cotés les personnes habillées".
L'une d'elles se dit intéressée par notre phylosophie et nous rejoindra peut-être au cours de l'été.

Voilà qui termine bien la journée et qui nous donne l'espoir de renforcer notre groupe !
 


        Catégorie       Répertoire         Home1

Montagnette et Tête Chevalière

Je viens de faire cette balade avec un ami, chaudement vêtus par un vent glacial, pour juger si nous pourrions la faire en tenue de soleil.
C'est l'un des lieux, Diois-Vercors, les plus touristiques qui reçoit de nombreux visiteurs en toutes saisons.
La faune et la flore y sont particulièremnt abondantes en cette saison. Nous y surprendrons quelques marmottes et observerons de grandes étendues de gentianes jaunes pas encore en fleurs.

Champ de grandes gentianes jaunes (non fleuries)C'est donc le Dimanche 19 juin, avant les congés d'été, que nous choisissons de partir direction de la Montagnette par un sentier bien moins fréquenté. Puis nous cheninerons à vue parmi les vastes pâturages ou nous pensons avoir notre place, afin d'éviter trop de rencontres fortuites. Mais la Météo en a décidé autrement, pluie et vent violent, nous reporterons cette randonnée à l'automne prochain.

Quelques marmottes jouent dans la praire verdoyante

Deux plantes que l'on peut cofondre poussent au voisinage l'une de l'autre, l'une d'elles étant très toxique.
Je vous propose de les comparer.
Lire les commentaires de ce blog :    http://entre-semnoz-et-cheran.over-blog.com/article-veratre-blanc-70515520.html

La grande gentiane jaune
(Gentiana lutea)

Gentiane jaune 247Plante au mois de juin, avant la floraison, on remarque les feuilles opposées, disposées face à face.
En été ses fleurs jaune vif forment des petites grappes à la jonction des feuilles dans la partie haute de la plante.
La tige peut atteindre une hauteur de 1 mètre.

On extrait de ses racines, dont l'odeur est caractéristique, les fameux apéritifs qui portent leur nom.

Cette plante est protégée, c'est interdit de les ramasser.

Le vérâtre blanc
(Veratrum album)

Veratre 212Plante au mois de juin, avant la floraison, on remarque les feuilles alternes disposées à 120 degrés les unes par rapport aux autres.
En été ses fleurs forment une grande queue sommitale assez différente de celles de la gentiane.
​La tige peut atteindre une hauteur de 1 mètre.

On la trouve ici un peu plus haut que la gentiane, mais elles peuvent se partager le même espace.
Cette plante est très toxique, il est donc important de ne pas la confondre avec la gentiane.

Quelques photos de ce magnifique endroit.



        Catégorie       Répertoire         Home1

Les Gorges de Saint Moirans

Ce dimanche 26 juin … nous partons pour les Gorges de Saint Moirans, mais ce n'est qu'un court défilé routier que nous remarquons à peines bien qu'il soit signalé sur le WEB comme site d'escalade.

Nous feront une première halte pour admirer l'énorme Châtaignier de Bellieux qui a probablement plus de 500 ans.

C'est l'arbre le plus vieux recensé dans le département de la Drôme.

Nous avons traversé le village de Chastel Arnaud et poursuivi jusqu'à un parking ombragé face à quelques maisons et à une chapelle.
Le petit Ruisseau de Contècle aux eaux limpides coule à proximité, et après avoir consulté la carte dont les détails ne correspondent pas à notre environnement, nous suivrons un chemin puis un sentier qui remonte le vallon le long de ce ru.

La contrée est pittoresque et sauvage. La progression n'est pas facile, sentiers étroits parfois glissants et souvent broussailleux où il faut se frayer un passage, puis de nombreuses traversées dans une eau froide. Mais quelle beauté qui s'offre à nos yeux nous laissant croire que nous sommes dans un autre monde. Personne autour de nous, seuls le bruit des minuscules cascades qui coulent de pierres en pierres, le gazouillement des oiseaux dans les arbres gigantesques et nos papotements viennent troubler le silence.

Après une trouée très pentue et glissante sous l'épaisse forêt, puis une prairie sauvage aux hautes herbes, nous déboucherons près de quelques habitations, un centre de vacance avec piscine, sauna, etc. ... selon un panneau placé au départ du chemin qui y accède.
Sur ce passage très peu fréquenté, une voiture nous surprendra dans notre nudité, mais nous nous couvrirons avant d'arriver sur la route du Col de la Chaudière.

Nous prendrons plus bas, et à nouveau dans notre tenue d'Adam, une piste forestière qui nous ramènera au village de Chastel Arnaud pour clore ce parcours de 8 Km. Ce sentier non balisé qui se perd parfois au fond du vallon est sans grandes difficultés, mais il faut osez l'aventure et savoir repérer les indices qui permettrons de ne pas s'égarer. Bien que les cartes manquaient de précision, un GPS indiquait notre progression et l'approche d'une route.
Au son de voix d'enfants, nous remettrons nos habits. C'est une dizaine de jeunes filles qui sautent joyeusement dans une vasque creusée à la sortie d'un pont. Ça fait haut … alors elles traversent sous l'aqueduc pour réduire la hauteur du plongeon.

Nous repartirons de cette balade, enchantés d'avoir découvert ces espaces de rêve que très peu de gens osent arpenter.

Voir notre Album photos.

Bernard.



        Catégorie       Répertoire         Home1

Plume

Drôme liberté Bien-être Randonue

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous ne trouverez sur ce site que du texte, des photos
ou vidéos
 relatifs à la 
nature et à la nudité simple.

Rien de choquant pour les enfants, mais le conseil des parents est préférable.

Introduction mnvr

Si vous cherchez un contenu pornographique, ce n'est pas ici.
Si vous risquez d'être choqué(e) par la nudité,
cliquez ici pour quittez cette page.