liberté

Du Pas de la Roche au Compteur à Moutons

Ce mardi 14 mai au matin encore frais, nous ne sommes que 2 au départ de la randonue. Oui, c'est un mardi, mais pourquoi sommes nous si peu nombreux alors que des randonnées textiles regroupent facilement 10 à 15 personnes ou plus quel que soit le jour de la semaine ?
La randonue ne ferait-elle plus recette ?
C'est vrai, nos adhérents viennent de loin et la Météo n'est pas très favorable en cette période. Ou alors, habitants du Diois et drômois craignent-ils de se montrer nus sur nos sentiers si tranquilles … bien que d'autres sont nombreux et également nus le long des rivières.
Cette situation nous est parfois pénible et décourageante, mais comment motiver les gens de notre région pour nous rejoindre dans cette activité saine, si vivifiante et dynamisante ?
Le calme et la beauté de notre région étant un atout essentiel pour une activité telle que nous la pratiquons.

P1040415a

Quoi qu'il en soit, nous partons Francis et moi pour notre balade. Départ du Pas de la Roche, quelques centaines de mètres avant l'Abbaye de valcroissant,  pour une boucle assez facile et pas très longue.

La suite de ce compte-rendu est réservée aux adhérents de notre Club …

Lire la suite

Rochers de Chironne – 24 mars 2019

Ce dimanche 24 mars, le rendez-vous était donné sur le col de Rousset. A notre arrivée de Grenoble l’équipe de Montlaur était déjà sur place. Six personnes pour cette balade, notre troisième randonue avec Bernard, on n’avait jamais été aussi nombreux ce premier trimestre. Le soleil était là, il faisait un temps sublime pour cette promenade printanière. Il était aussi dimanche, et on n’était pas les seuls à avoir eu l’idée de profiter de cette belle journée.

La Voie Romaine taillée dans la falaise de Chironne.

La voie soi-disant romaine était bien remplie avec des randonneurs et je me posais la question comment ça allait se passer, si ça n’allait pas devenir une randonnée textile devant cette affluence.

Boucle rocher de chironne 2019

La suite de ce compte-rendu est réservée aux adhérents de notre Club …

Lire la suite

Sentier vers la source de la Drôme

jeudi 2 août nous aurions dû faire les jolies Cascades des Archettes, mais n'étant que 2 au point de rendez-vous, nous décidons, comme souvent dans cette situation, de partir à la découverte d'un nouvel itinéraire.

Où aller ?

Nous ne connaissons pas la rivière Drôme qui s'enfonce plus sauvage entre les montagnes, à partir du croisement de la route de Valdrôme jusqu'à sa source. Il arrive qu'en période de sècheresse, elle disparaisse sous les graviers, laissant un lit totalement sec sur quelques centaines de mètres. Nous hésitons et allons finalement jusqu'à Valdrôme où nous demandons à un passant s'il est possible de remonter le cours de l'eau jusqu'à sa source. Il nous indique un sentier qui part du pont du Cheylard.

>Un petit tour de reconnaissance avant le repas …

Nous stationnons sur un emplacement à proximité, au bord de la route. C'est juste 10 heures et l'air est encore frais. Ayant tout notre temps et envie de profiter pleinement de l'air sur notre peau, nous prenons, jupette à la main sans notre sac à dos, un chemin qui monte sur notre gauche. Tantôt à découvert ou sous l'ombrage des arbres, il devient sentier puis à nouveau chemin, longe un champ de lavandes et se perd au fond d'une large prairie. Pour le retour nous faisons une boucle par la gauche et prenons ensuite un sentier qui grimpe plus fort en crête d'une colline pour observer l'environnement. Ce sentier qui presque vers sa fin est de toute évidence barré par un tas de bois pour en empêcher le passage, nous ramène à la voiture.
Presque 2,5 Km de marche dans le plus simple appareil, midi approche. Une centaine de mètres en voiture, nous passons le pont du Cheylard pour repérer les lieux, puis nous nous arrêtons à l'ombre en bordure de route et pique-niquons sous les feuillages dans le pré en contre-bas.

Un joli sentier pour une belle après-midi !

Au pont, un sentier balisé en jaune (PR), non mentionné sur la carte IGN, remonte le cour d'eau en rive gauche. Très ombragé et faichement entretenu, discret loin de toute habitation, il nous invite à rester le plus léger possible, seulement chaussures légères et jupette à la main. Juste au-dessus d'une berge d'un mètre ou deux, sauf quelques rares passages plus chauds un peu éloignés, l'air reste doux et très agréable nous laissant pleinement apprécier notre nudité. Peu d'endroits nous permettent de descendre les pieds dans l'eau, le cours de la rivière est trop encombré de branchages pour envisager de le remonter.
Plusieurs passages à gué, 20 à 30 mètres le long de la route, un tronc d'arbre couché sert de passerelle insolite, des ruissellements d'eau forment un peu de boue qu'il faut franchir et nous arrivons enfin à La Bâtie des Fonds où il faut tout de même se couvrir.
Nous avons soif et venons nous désaltérer à la fontaine officiellement déclarée être la source de la Drôme, bien que réellement plusieurs sources très fraiches alimentent ce lieu. Très peu de monde ici nous étonne, seulement un couple de hollandais venu aussi se désaltéré et un engin de TP qui empli l'atmosphère d'un bruit infernal.

À l'ombre, en sous-bois, à attendre plus d'humidité, nous avons trouvé une forme blanche accrochée à 10 cm de haut sur une grande herbe, ce qui pourrait bien être un Blob déséché. Un autre à quelques centimètres plus bas, couvert de taches noires, ressemble étrangement à ce que nous avons pu observer à Praloubeau quelques semaines avant. Cette étrange créature, sous ses diverses formes, ne serai pas aussi exceptionnelle que nous le pensions.

Après l'innocence, le retour sur terre !

Après la visite du site aménagé d'une superbe passerelle avec panneaux d'informations sur le désastreux glissement de terrain qui, en 1936, a détruit la majeure partie du village, nous prenons la direction du retour par cet unique sentier. Hormis au village, malgré cette pleine période de vacances estivales, nous n'avons pas fait la moindre rencontre.
Ce sont 10 Km que nous venons de faire en totale nudité sur presque l'ensemble du parcours, partiellement même pieds nus, nous procurant pour quelques heures des sensations rarement ressenties, un bonheur extrême, une liberté absolue.

Quelques carlines bordent le sentier.

Est-on toujours sur une planette avec toutes ses tragédies, ou avons nous découvert le Paradis ?


 

Lire la suite

Évolution de nos comportements

 
 


Initialement, pour ne pas gêner le public rencontré par notre pratique de la nudité en pleine nature, nous choisissions les jours de semaine et les sentiers peu fréquentés. Cependant ces restrictions nous pénalisaient fortement.

Affiliés à la Fédération Française de Randonnée Pédestre nous avons souhaité pratiquer les sentiers balisés, aussi bien les week-ends qu'en semaine, avec prudence, afin de permettre à un plus large public de découvrir et de participer à nos activités.
Le constat qui se confirme de jour en jour, est que nous sommes bien tolérés et même très bien accueillis par le public rencontré.
Nous évitons bien-sûr les rassemblement importants de touriste et sommes toujours prêts à enfiler un vêtement pour nous couvrir.
Les réticences restent très rares, environ une par an, soit pas supérieures à ce que l'on trouve dans nos pays voisins malgré des idées qui perdurent.

Actuellement les médias présentent de plus en plus le naturisme comme étant une activité touristique qui se généralise, la population intègre cette pratique comme étant désormais normale et ne s'offusque plus des rencontres possibles.
Les enfants ne portent aucun jugement et sont indiférents à notre tenue. Seul le comportement de leurs parents à notre égard peut les inquiéter.
Pour les ados, dont les hormones commencent à se manifester, c'est surtout l'occasion de bien rigoler , mais aussi de se poser quelques questions sur la condition humaine, leur esprit étant particulièrement en éveil.

En groupe de randonneurs, je pense qu'il est important lors de nos rencontres avec d'autres usagers de la montagne de ne pas se précipiter inutilement pour se couvrir, mais de privilégier la courtoisie et le dialogue, important aussi de rester naturel comme si nous étions vêtus, la confiance s'instaurera.
Sachez que nos voisins allemands se moquent de nous lorsque nous nous couvrons, et que chez eux il y a aussi des réticences à la nudité.

Si nous souhaitons une évolution des pratiques de la randonue et du naturisme en général, il est très important que notre attitude reste saine et sans équivoques. Il est souhaitable que chacun ose parler à son entourage des bienfaits de cette activité, du bonheur et de la liberté qu'elle apporte.
Il est nécessaire que nous participions à ce que chacun sache bien faire la diférence entre les comportements sexuels et une nudité saine et naturelle comme nous la pratiquons, alors que les médias entretiennent la confusion dans un but mercantile.

Il est important d'encourager, au cours de nos randonnées, la mixité hommes, femmes et enfants bien-sûr, mais aussi "naturistes et textiles" pour favoriser la convivialité du groupe et une bonne intégration auprès de la population rencontrée.

 

 



        Catégorie       Répertoire         Home1

Plume

Rando'Nues des dimanches 13 et 20 août 2017

Une Météo toujours au beau fixe, mais une chaleur encore étouffante, pourtant nous quittons les parcours aquatiques, peut-être un peu lassés d'avoir les pieds dans l'eau, sur des pierres parfois glissantes, en recherche permanente d'équilibre et fournissant des efforts supplémentaires.
C'est aussi la fin de saison qui approche et notre motivation n'est pas aussi intense. C'est pourquoi peut-être les appareils photos restent à la maison afin d'alléger le sac à dos et libérer de notre temps lors de la rédaction de nos comptes-rendus.

Nous avons tout de même fait 2 sorties magnifiques, ajoutant tant pour l'une que pour l'autre, une variante qui nous fait découvrir d'autres espaces.

 

Lire la suite

Une Rando improvisée

Ce mercredi 27 septembre 2017 je viens d'acquérir un nouveau GPS pour remplacer mon Garmin qui a plus de 12 ans et qui est devenu obsolète. J'avais hâte de savoir comment il se comportait dans des conditions critiques de réception (endroit très encaissé et fortement boisé où mon Garmin ne recevait plus aucun signal).

De gros nuages sombres couvrent une large partie du ciel, je tarde donc et attends vers 16 heures où une belle éclaircie me décide à partir.
Je prends la petite route étroite du Col de Pennes … un gros camion apparait subitement devant moi en plein virage, la manœuvre pour se garer est spontanée … je suis à présent la direction d'Aucelon pour rejoindre le départ du sentir de Coucourdier bien qu'un panneau indique "Route barrée à 3 Km". Plus loin c'est l'interdiction de continuer, je dois donc me garer ici et continuer à pied.

Lire la suite

Nos sorties de mi-juillet

Nous pensions avoir un peu plus de participants au cours du mois de juillet … Ben non !
Si certains travaillent en cours d'année et ne peuvent nous rejoindre à leur gré, d'autre ont pris leurs vacances d'été loin de chez nous.
Puis il faut bien aussi que certains restent au labeur pour permettre à une majorité de se prélasser au soleil d'été.

C'est donc pour ça, du moins je le pense, que le mercredi 12 juillet prévu au Ruisseau de Charens, je me trouvait seul au départ. La sortie se trouve donc annulée et sera reprogrammée ultérieurement.

Lire la suite

Rando'Nues de mai 2017

Un mois de mai plutôt pluvieux avec tout de même quelques journées fortement ensoleillées !

Une randonnée était prévue le lundi 8 mai, et malgré un beau soleil, elle a dû être reportée pour indisponibilité de plusieurs personnes … je me trouvais seul !
Le week-end suivant était sous le signe de la pluie.

Ambel 1

 

 

Le mardi 16 mai j'ai rejoint un Club textile voisin pour faire le Plateau d'Ambelle,
départ de la station de ski de Fond d'Urle.

 

 

Lire la suite

Congés de Pâques 2017 - Dernier jour de randonnée

Cette page résume la dernière Rando'Nue des congés de Pâques 2017

Nous avons bénéficié de journées très ensoleillées sans le moindre nuage mais parfois avec un vent glacial particulièrement fort.
Au cours de ces journées le bronzage c'est fortement accentué. En cette fin de semaine la fatigue se faisait sentir pour tous.

 

Une boucle vers les Mians                     Samedi 22 avril, (4 participants)
Brève conclusion de cette quinzaine de randonues dans le Diois

Mians-Bergu 1

Les 3 Becs sous une légère brume vus à travers l'œil du photograhe et retouché sur PhotoShop pour en accentuer la délicate luminosité.

La suite de ce compte-rendu est réservée à nos adhérants.


Lire la suite

Congés de Pâques 2017 - Semaine 2

Cette page résume les Rando'Nues des congés de Pâques 2017 (semaine 2)

Nous avons bénéficié de journées très ensoleillées sans le moindre nuage mais avec un vent glacial particulièrement fort le mardi et le mercredi.
La nudité n'a été que partielle pour la plupart, sauf pour les 2 allemands qui ont résisté contre vents et tempêtes. Au cours des autres journées le bronzage c'est malgré tout accentué.

Le programme de cette 2ème semaine :

Comptoir à Moutons depuis l'Abbaye de Valcroisant        Dimanche 16 avril, jour de Pâques, (6 participants)
Du Col de Cabre au Pilhon, et retour                                Mardi 18 avril, (9 participants)
Les Fourniers, Pas de la Pousterle                                   Mercredi 19 avril, (10 participants)
Une boucle autour des Bouligons                                      Vendredi 21 avril, (7 participants)

Le jeudi 20 avril 4 personnes, dont un couple, ont participé à un interview dans les studios de Radio Diois

Nous avons eu une participation soutenue, avec 2 autres allemands qui nous ont accompagné et un couple nouvellement inscrit nous a rejoint pour partager de très agréables moments de détente et de bonheur. Deux chiens ont sagement gambadé à nos cotés, apportant un intérêt supplémentaire. Pour la plupart, chaque sortie a été une nouvelle découverte de notre belle région.

La suite de ce compte-rendu est réservée à nos adhérants.


Lire la suite

Congés de Pâques 2017 - Semaine 1

Cette page résume les Rando'Nues des congés de Pâques 2017 (semaine 1)

Nous avons bénéficié de journées exceptionnellement chaudes pour la saison, un soleil sans voile et un vent faible. Nous avons cramé, notre peau a pris un joli bronzage, sauf sous les bretelles de nos sacs à dos !

Le programme de la semaine :

Montagne de Barry depuis Vercheny le haut                     Dimanche 9 avril, (7 participants)
Col Royet, plateau de Serre Chauvières                           Lundi 10 avril, (9 participants)
Chamel, montagne de Banne                                            Mercredi 12 avril, (6 participants)
Soubreroche en boucle depuis les Gorges des Gâts        Jeudi 13 avril, (6 participants)
Cascades de Pontaix, Col de Véronne                              Samedi 15 avril, (seulement 2 participants)

Nous avons eu une participation soutenue, avec 2 allemands qui nous ont accompagné et 1 américain, un nouvel adhérent et une nouvelle adhérente qui viennent de nous rejoindre pour partager de très agréables moments de détente et de bonheur. Chaque sortie a été une découverte pour la plupart.

La suite de ce compte-rendu est réservée à nos adhérants.


Lire la suite

Randonnées d'arrière saison

Après une période de pluies abondantes, voilà à nouveau de belles journées ensoleillées … mais la fraicheur est au rendeé-vous !  Qu'importe, avec le choix de versants bien exposés et une marche dynamique la nudité sera certainement possible.




Le lundi 28 novembre nous partons pour la Montagne de Barry qui domine Vercheny et la vallée de la drôme.

Un parcours en boucle de 12 Km qui grimpe très régulièrement sur une pente de 12% pour culminer à 980 mètres d'altitude puis la descente tout aussi régulière avec une pente identique qui se termine au milieu des vignes.
Le soleil était là, plus haut au dessus du brouillard qui ne nous a pas quitté, nous laissant une visibilité moyenne d'une trentaine de mètres … brouillard qui cédera finalement sa place au soleil en fin de parcours, arrivés dans les vignes.
Pas le moindre vent, l'effort m'a permis de me dévêtir durant toute le monté, puis je me rhabiller partiellement pour le casse-croûte et pour la descente. Francis est resté couvert, trouvant tout de même l'atmosphère un peu fraîche.
Seul rencontre en fin de parcours, 2 bucherons entrain de préparer un hiver rigoureux !

Cette boucle est propice, par sa faible pente, à une sortie raquettes, quoique peut-être un peu trop longue pour la faire en totalité raquettes aux pieds. Mais la vue sur la vallée de la Drôme recouverte de neige ne pourrait être que splendide. 
Il sera très agréable aussi de la refaire aux premières chaleurs printanières.




Le samedi 3 décembre nous partons pour le Col de la Caille et le Grand Surnom.

Parcours fait précédemment avec un groupe textile, la partie finale jugée un peu trop encombrée par la végétation, je propose de participer au débroussaillage. Nous sommes deux bien armés, Francis avec une scie et moi avec un grand sécateur, pour effectuer cette opération.
Un beau soleil nous accompagnera toute la journée, mais un vent glaciale se lèvera au moment du casse-croûte nous obligeant à rester chaudement couverts.

Nous partons du hameau de Bascoux pour bénéficier du versant Sud bien dégagé. Après la traversée d'une belle allée serrée entre 2 rangées de buis, puis le passage devant les dernières maisons, nous traversons quelques prairies jaunâtres et entamons la montée caillouteuse. Nous dégagerons de nombreuses branches de pins fléchies par le temps et le poids des épines, et des genets qui se sont allègrement couchés en travers du sentier pour trouver plus de lumière. Mais nous avons trainé et ce n'est que vers 13 heures que nous arrivons au Col de la Caille pour s'installer et pique-niquer au soleil.

La poursuite vers le Grand Surnom se fait sur un large chemin peu pentu avant d'attaquer la montée plus encombrée. Le gros du travail commence ici. Buis, genets, branches de pins et quelques ronces ont envahis l'espace. Mais c'est bientôt 15 heures bien passées et la fraîcheur s'intensifie. Les journées étant courtes, il faut penser au retour avant d'avoir atteint le point de vue du Grand Surnom, puis nous renoncerons à la boucle par le sommet de Tarsimoure.
Nous croiserons quelques chasseurs en battue au sanglier. La descente nous permet de voir cette belle vallée de prairies, de part et d'autre du Col de Rossas, perchée à plus de 1100 mètres d'altitude.

Ce beau parcours sera une sortie agréable au retour des chaleurs printanières et ces espaces de montagne sauvages se prêterons agréablement à notre art de vivre en totale nudité.




Tout le mois de décembre nous a apporté de belles journées ensoleillées avec parfois un brouillard matinal, mais les rhumes nous ont condamné à rester chez nous.

C'est donc à l'année prochaine que je vous donne rendez-vous.

Bernard.



        Catégorie       Répertoire         Home1

Plume

Rando'Nues de Juin

Quelques randonnées faites en tenue de soleil en ce mois de juin pas toujours très ensoleillé !

En cette fin de printemps particulièrement pluvieuse, la nature ne manque pas de nous exposer toute sa beauté … Prairies verdoyantes couvertes de multiples variétés de fleurs, bouquetins, biches ou chevreuils, et marmottes à peines surprises par notre présence.

Arbres et rochers, ciel bleu azur et cumulos nimbus, renforcent les contrastes au couleurs déjà vives.


 

Lire la suite

Splendide, le rocher de la Belle Justine !

Un retour que nous attendions impatiemment, cette belle journée de vrai beau temps en est l'occasion !

C'est donc ce samedi 28 mai que nous repartons sur les sentiers de la Belle Justine :

Départ depuis Barsac (406m) par une chaleur étouffante, pour un parcours de 17,6 Km et 6h 30mn de marche.
Une première partie de 3 Km et demi, pas la plus facile, jusqu'au Col de Barsac (815m) où nous prendrons notre casse-croûte non loin de là, puis ce sera une longue boucle de 9 Km autour du Grand Justin (630m), passage au Gîte Forestier de Justin (983m) et retour au Col de Barsac avant la descente un peu dure pour retrouver nos véhicules.
D'après les données GPS, nous avons cumulé un dénivelé de +/- 880 mètres. 

Carte la belle justineAu Col de Barsac, un mur de rondins de bois d'une coupe récente nous barre le passage et attend son transfert vers la plaine et les usines de traitement en pâte à papier.
Nous en profitions pour faire un petit exercice d'escalade improvisé, puis nous le contournons pour poursuivre notre rando.

Dsc 1162a
  La suite de ce compte-rendu est réservée aux membres de l'association 

Lire la suite

La Grésière par le Col de Miscon

C'est par un beau soleil printanier, ce Jeudi de l'Ascension (5 mai 2016), que nous décidons de faire La Grésière à partir du Col de Miscon.

Après les multiples perturbations de la Météo et la faible participation de nos adhérents, nous sommes restés prudents sur la prévision d'un parcours déterminé. De retour vers le Col de Miscon où nous venons d'entretenir un sentier, nous regardons la carte pour identifier la possibilité de faire une boucle qui nous ramènerait à notre véhicule par la route de Boulc. Mais étant 3 marcheurs entrainés, ce circuit nous parait un peu court !

Col de miscon la gresiere trace 1

C'est donc vers La Grésière, via le Col de Ravel, puis le Col Pinet, que nous nous dirigerons aujourd'hui. Nous avons toujours en tête la dure montée, surtout arrivés vers le sommet, que nous avons faite depuis Les Gallands au printemps 2013, et aussi le souvenir de la multitude de fleurs d'espèces variées, en particulier de ses belles orchidées jaunes, roses sombre et pourpre.
Bien que ce jour soit férié et ce soit la vraie belle journée ensoleillée, nous ne devrions rencontrer que peu de monde.

Le soleil déjà avec nous et personne aux alentours, nous pouvons nous dénuder immédiatement, et nous voilà donc partis dès le départ pour une belle montée qui casse les jambes, mais vite nous prenons le rythme. Francis, armé de son sécateur, dégage quelques branches qui pourraient nous fouetter le visage ou nous grifer les mollets.
Puis la sente devient plus confortable, bien marquée sous un couvert de feuillus et de pente modérée. Nous retrouvons quelques passages repérés lors de nos divagations précédentes.

Fleurs de la gresierere
Nous voilà au Col du Pinet, la pente est maintenant raide et ne nous laissera plus de répis jusqu'au sommet. À plusieurs reprises, Jean enclenchera le crabot et activera le turbo ! Besoin de se défouler, de brûler ses énergies, il disparaitra quelques centaines le mètres plus haut puis nous attendra patiemment. Dernière course au sommet, il nous devancera une dernière fois alors que nous peinons durement, mais il n'a pas eu le temps d'observer toutes les fleurs naissantes, tulipes sauvages, orchidées, jonquilles, et bien d'autres … qui attendent plus de chaleur pour s'épanouir en plein.

C'est à présent le moment de casser la croûte, biens tranquilles à l'abrit du vent derrière quelques buis … Non, pas si tranquilles que ça !  une nuée de petits insectes va nous harceler tout le temps de notre collation.
Puis un couple arrive et va s'installer quatre-vingts mètres plus loin, nous voyons seulement leurs têtes au-dessus des herbes. En repartant vers les falaises, nous échangerons un bonjour de la main. De l'extrémité Nord de cette barre rocheuse la vue est vertigineuse, les chemins forestiers tracent des courbes 300 mètres en contre-bas. Nous sentons vraiment le vide nous attirer et devons nous éloigner pour ne pas prendre de risques.

Fleurs de la gresiere

En amorçant la descente, nous croisons un deuxième couple avec qui nous prenons le temps d'échanger quelques propos sur les fleurs qui sont prêtes à s'épanouir, chacun restant dans sa tenue sans faire de chichis.
Quelques repères aux alentours nous permettent d'évaluer le dénivelé de près de 500 mètres que nous venons d'accomplir, et la descente est rapide !
À l'approche de la route, des vététistes prennent un moment de repos après une montée épuisante, c'est l'ultime moment pour nous de remettre nos habits.

Nous y revenons la semaine suivante.

   … / …

Lire la suite

Monde moderne et Peuples primitifs

Une belle leçon de civilisation !

Un reportage sur TF1 en 2012 où l'on montre les réactions d'une tribu dite primitive
face à notre vie moderne dite civilivée.

Cette vidéo n'est plus disponible !

Ces images sont émouvantes,
le calme et la sagesse de ce peuple nous frappe.

Mais ne cherche-t-on pas à les coloniser en leur apportant notre technologie
et peut-être à la leur échanger contre leur territoire.

Combien de temps pourront-ils encore vivre ainsi ?
Malgré la protection des gouvernements, les pressions financiaires de l'industrie sont énormes.

_____________

À t'on vraiment besoin de tout ce que nous possédons aujourd'hui ?
Nos richesses n'appauvrissent-elles pas notre planète ?
Sommes-nous heureux avec toute cette technologie qui nous entoure ?

Sommes-nous capables de sortir de cette impasse et revenir vers un monde plus réel ?

À chacun de réfléchir et de faire un pas vers ce qui n'est pas qu'une illusion !
 



        Catégorie         Répertoire         Home1

Toute votre peau respire …

Toute votre peau respire … ne l'étouffez pas !

Lire la suite

De Combe Fiole à la Tête des Faux

Quel temps magnifique en cette fin d'année, profitons en !

Ce dimanche 27 décembre 2015, par cettte journée ensoleillée, nous partons à 3, Francis, Jacques-Marie et moi, faire les pâturages du plateau d'Aucelon non pas à raquettes comme prévu, mais en randonnée simple, plus ou moins vêtus selon la sensibilité de chacun car la température est négative avec une légère brise.

Le départ se fera un peu plus bas que prévu, dans l'ombre d'une combe, aiguillés par erreur à cet endroit par un panneau d'interdiction sauf aux ayant droit sur le chemin que nous aurions dû prendre. Nous sommes à proximité de la ruine de Combe Fiole, tout parrait très boussailleux autour de nous. C'est  par une piste ombragée qui grimpe fort que nous nous dirigeons. Le givre nous entoure de toute part mais l'effort nous réchauffe et nous commençons à nous dévêtir … enfin pas tous !

Une brume légère descend dans les plaines.

Nous arrivons bientôt en crête à proximité d'un pylône désaffecté, le soleil est bien là, un peu frais tout de même.
Un panorama splendide apparait : Les 3 Bec derrière nous, le Glandasse sur notre droite au-delà de la vallée de la Drôme, les montagnes et vallons de la Roanne dominés par La Servelle sur notre Gauche, vers l'Est les sommets enneigés lointains de la chaine du Dévoluy et plein Sud face à nous, une succession de montagnes embrumées qui s'étalent à l'infini. Dans la vallée nous pouvons apercevoir les villages de Laval d'Aix, Saint Romans, Chatillon, Luc-en-Diois, Montlaur, ou perchés plus haut dans les montagnes à plus de 1000 mètres d'altitude, Lesches et Le Chouet.

Lire la suite

Buis, Thym, Lavandes et Soleil

Une journée de décembre avec un beau soleil et une brise légère et fraiche.
Envie de me détendre, ce samedi juste avant les fêtes, et de refaire mon plein de soleil. Des journées comme celle-ci sont rares en cette saison, il faut en profiter. Je part donc seuls, vers 13 heures, en direction du Col de Pennes, pour ma balade préférée en cette saison.

Vue sur La Pale, puis sur les rochers de Saint Michel …   … / …

Lire la suite

Randonues d'Automne

La Montagne de Tarsimoure

Une randonue que nous avons longtemps hésité à faire, qualifiée comme étant assez dure. C'est le 2 novembre par une belle journée ensoleillée, que Philippe, José, Francis et moi tenterons ce parcours depuis le hameau de Pracheton. Après quelques hésitations pour trouver le bon sentier, la montée se fera dans l'ombre givrée des feuillus jusqu'au Col de la Caille, à 1300 mètres d'altitude.

Là, nous trouverons le soleil, et réchauffés par l'effort de la montée, nous quitterons nos habits au cours d'une courte halte.
Ensuite, la cote est assez raide pour s'accentuer fortement dans un passage rocheux équipé d'un cable de sécurité. Nous verrons plus loin, mais un peu tard, des panonceaux précisant : "Passages délicats … Itinéraire réservé aux randonneurs expérimentés"

Dsc 0975aEffectivement, ça grimpe fort et le cable est bien utile pour tous. La pente est ici de 43% et demande toute notre énergie et notre attention.

Dsc 0977aCes rochers sont impressionnant mais ne présentent pas un danger particulier. Pas de vide abrupt sous nos pas qui pourrait déclencher le vertige pour des personnes non habituées à la montagne, mais la vigilance de chacun reste nécessaire.

Dsc 0992aArrivés sur la crête, la vue se dégage à 360 degrés. Nous choisirons de manger à proximité du sommet de Tarsimoure, à 1550 mètres d'altitude.

Dsc 0997aUn soleil ardent nous accompagnera tout au long de cette crête, seul un coup de vent glacial nous obligera à nous couvrir un court instant.

Dsc 0996aSeuls humains en ces lieux escarpés, nous sommes pourtant bien accompagnés !

Dsc 1000aLes falaises du Ranc de l'Aigle dominent somptueusement la forêt de hêtres du Bois Mol dans lequel nous allons bientôt nous trouver, après le passage du Col Saint Pierre, pour le retour vers Charens. Descente assez raide et glissante sur les feuilles mortes au cours de laquellle les fesses viendront parfois heurter le sol qui, sous ces grands arbres, ne dégèlera plus de tout l'hiver.

Bernard.

Voir aussi l'album photos de Philippe … et les pages suivantes … / …


 

Lire la suite

Pié Ferré au levé du soleil

Une randonue, ou presque, le samedi 1er août 2015.

C'est peu avant minuit que nous partons, Francis et moi, de l'Abbye de Valcroissant en direction du Dôme du Glandasse à 2041 mètres d'altitude. Le but est d'assister au lever du soleil. Ce sont 8,5 Km de montée et 1800m de dénivelé total qui nous attendent sur un sentier détrempé par les pluies de la veille.

Après quelques centaines de mètres, l'air est doux, je quitte la veste, puis la chemise et tout le reste pour me trouver avec seulement mes chaussures et mon sac à dos. Francis préfèrera rester moyennement vêtu. Alors que j'ai chaud, j'apprécie les gouttes d'eau qui tombent des branches lorsqu'on les frole, c'est une sensation inhabituelle.
Sous l'éclairage des lampes frontales à LED, la végétation couverte de rosée prend des couleurs étranges, à sembler parfois couvertes d'argent. Le parcours, que pourtant nous avons fait plusieurs fois jusqu'au Compteur à Moutons, semble différent. Il est difficile d'identifier les villages dont les lumières scintillent au loin. Seules les lumières rouges du pilonne du relais d'Aucelon nous donnent un repère dans cette immensité noire, car la lune toute ronde est encore cachée derrière les montagnes.

Trois heures que nous marchons, un coup de vent froid m'oblige à me rhabiller, nous faisons une halte au Compteur à Moutons pour se reprendre d'une montée rendue glissante et plus dure par la pluie récente. Croyant que la suite serait plus facile, nous nous trompons bien. La déclivité reste forte et le sentier est jonché de gros cailloux anguleux qui rendent la marche difficile. De plus, une petite indigestion qui me taquine depuis le départ m'oblige à faire une halte d'un quart d'heure avant de pouvoir repartir.
Puis nous arrivons vers les pâturages, il est bientôt 5 heures du matin. Il fait encore nuit, mais maintenant la lune éclaire bien tout l'espace qui nous entoure et nous repérons le sommet vers lequel nous nous dirigeons à vue.

Dsc 0881aSous les lampes torches, les massifs de genevriers rampants semblent couverts de givre ou d'argent.

   ... / ...

Lire la suite

Découverte de la Randonue

Que vous soyez naturiste confirmé ou novice en la matière,
vous n'avez jamais participé à une randonnée en totale nudité sur les sentiers de montagne,
vous vous posez des questions sur cette activité et désirez peut-être y participer !
Venez découvrir nos pratiques et peut-être faire la connaissance d'adeptes qui habitent près de chez vous.

 

Lire la suite

Les randos du mois d'août 2015

Résumé de nos sorties effectuée au cours du mois d'août 2015

Cascade des Archettes

Jeudi 6 août - Les cascades des Archettes :
Trois contacts pour cette randonnée se sont désistés, nous ne restons que 2, Francis et moi, à y participer. Bien que ce site soit magnifique, nous l'avons fait de nombreuses fois, donc nous annulons cette sortie.
Bien-sûr, nous prenons un grand plaisir personnel à effectuer des Rando'Nues en pleine nature, mais le but de l'association est d'offrir ces merveilleuses balades à nos adhérents et aussi de faire découvrir des coins pittoresques à tous ceux curieux d'essayer notre pratique.
Alors je ne comprends pas pourquoi il y a un manque d'enthousiasme à vouloir nous rejoindre en pleine période estivale avec une météo particulièrement favorable.
Alors tant pis pour ceux qui manquent ces bons moments de bien-être et de liberté !!!

La France accueille-t-elle vraiment 3 millions et demi de naturistes pendant la période estivale comme le prétendent certaines chaines de télévision ?
Ou bien ... les françaises vont-t-elles faire de la randonue en Belgique, cette pratique leur étant interdite en France, comme le prétend mensongèrement une certaine association dans ces clips tapageurs ?

Pour vous faire une idée des plaisirs et du calme que procure la Randonue dans notre pays aux vastes contrées sauvages, joignez-vous simplement à notre groupe. Le femmes y découvriront peut-être aussi un charme insoupçonné.


   ... / ...

Lire la suite

Nos sorties de Juin 2015

Avec les chaleurs qui s'installent, nous avons pu organiser de nombreuses sorties au cours de ce mois.
Pour un peu plus de détente et de rêverie, nous avons laissé les appareils photos à la maison

Mercredi 3 juin :

Le hameau de Reychas par l'ancien chemin d'accès, 10 Km et 600 mètres de dénivelé.
Dur pour recruter des participants, nous n'étions que 2 en ce milieu de semaine.
Pendant le casse-croûte, un chien qui avait flairé notre présence a aboyé quelques minutes, sinon ce fût le calme absolu.

Mardi 9 juin :

Pas de la Pousterle/Le Relais, 6 femmes, 6 hommes avec le groupe de Luc. Nous avons parcouru 9,6 Km pour un dénivelé de 700 mètres, principalement en sous-bois dans une excellente ambiance. Quelques uns ont poursuivi jusqu'aux antennes hertziennes, 200 pas plus loin. Le casse-croûte c'est déroulé sous quelques pins, mi-ombre, mi-soleil. Nous avons partagé café et petits gâteaux.

Lundi 15 juin :

Les Balcons de la Roanne par le ravin de Brochéron. Les eaux étant encore fortes et trop froides après quelques jours de pluie abondantes, nous n'avons pas poursuivi vers le ruisseau de la Courance comme prévu, mais nous avons improvisé en faisant une boucle de 7,5 Km qui s'est avérée très agréable avec seulement 440 mètres de dénivelé. En grande partie ombragée et sans la moindre rencontre, cette balade a été un réel moment de détente.

Jeudi 18 juin :

Balade entre amis mainte fois refaite du Pont de Vachère à Soubreroche. En sous-bois sur la majeure partie du parcours, nous avons dégagé le bois mort tombé en abondance au cours de cet hiver. Ce sentier se prête à d'agréables randonues du début du printemps à la fin de l'automne, enfoui sous l'ombrage des fayards, il surplombe de profonds canyons aux parois verticales de parfois plus de 80 mètres.
Aucune rencontre n'est venue troubler les 8 kilomètres de notre parcours. Une petite plateforme herbeuse et insolite, dont un muret en pierres sèches surplombe le vide, nous a accueillie pour un pique-nique bien mérité.

Dimanche 21 juin :

Une matinée récréative et découverte du naturisme était prévue, mais n'étant que 3, nous avons abrégé ce moment pour partir plus tôt vers le ruiseau de la Brette après avoir pris un bon casse-croûte.
Ce ruisseau encaissé et cailloteux qui nous amène vers un cahos de rochers tombés d'une impressionnante falaise est un excellant parcours de santé bien que le dénivelé ne soit que de 140 mètres. Un sentier qui grimpe et descend soit sur la rive droite, soit sur la rive gauche ne nous épargne pas les nombreux passages dans l'eau, à contre-courant, qui nous demande des efforts soutenus.
Dès le départ, nous avons rencontré des familles avec enfants. Nous leur signalons notre pratique de la randonnée en totale nudité, ce qui ne les dérange absolument pas. Nous rencontrerons de nombreuses personnes venue là pour passer un agréable dimanche, dont un couple dans la même tenue que la notre. La discussion c'est engagée avec la plus-part des groupes sous l'oeil parfois amusé des enfants, mais nullement effarouchés.
Nous continuerons à remonter ce fond de ruisseau moins tourmenté pour arriver sur un chemin d'exploitation. Nous l'emprunterons sur près de 200 mètres pour revenir et prendre un peu à l'improviste un sentier, dont des passages s'avèreront assez dangereux, avant de rejoindre la rivière et revenir par là où nous sommes précédemment passés. Nous avons parcouru 6,6 Km, mais après étude détaillée de la carte nous aurions pu revenir par une piste équestre plus facile mais qui aurait porté notre balade à 11 kilomètres.

Jeudi 25 juin :

Le Pic de Luc, entre amis, en rando textile (10,7 Km et 610 m de dénivelé). Je craignais la rencontre de colonies ou de groupes scolaires et ai renoncé à me dévêtir.
Une première partie ombragée se déroule sur un chemin à faible pente puis continue par un sentier qui monte par quelques lacets jusqu'à une large piste forestière. Nous contournerons une combe, puis une deuxième pour enfin prendre le sentier qui grimpe fort jusqu'au sommet du Pic de Luc. C'est la balade mythique des lucois et lucoises.
Il fait chaud malgré l'ombre, je n'évacue plus mon surcroit de calories, les jambes deviennent lourdes, très lourdes et le mal à la tête me prend. Je suis prêt a abandonner. Une courte halte, 2 gorgées d'eau, je quitte ma chemise et me voilà reparti me sentant à nouveau léger.
Au sommet, une vue panoramique à 360° se dégage sur la vallée de la Drôme. Luc tout en bas, ses maisons agglutinées les unes contre les autres, parait minuscule. La plaine du Lac s'étale jusqu'à disparaitre entre les montagnes. De l'autre coté la voie ferrée serpente à flanc de collines. Cette perspective à laquelle nous ne sommes pas habitués nous fait confondre les villages.

Samedi 27 juin :

Nous voilà 5 pour faire la Courance, heu … non puisque l'un des participants à anoncé forfait à 5 heures du mat. !!!
Nous irrons jusqu'au Pas de la Mort et reviendrons par une boucle partielle portant notre trajet à 5,8 Km et 230 m de dénivelé.
Arrivés au parking, déjà 5 voitures sont là, plus la notre, puis 2 autres arrivent encore. Nous annonçons tout de suite notre intention de randonner nus, ce qui est accepté spontanément. C'est donc dans la minute qui suit que nous quittons nos vêtements. Je ne décrirai pas ce parcours que nous avons fait à de multiples reprises.
Nous rencontrerons beaucoup de monde, probablement plus de 20 personnes y compris les enfants. C'est une ambiance joyeuse et détendue qui a marqué cette journée, sauf peut-être un couple de jeunes qui a semblé un peu surpris et qui n'a pas répondu à notre bonjour. Pas tout le monde peut admettre notre tenue.

Il faut dire que la vallée de la Roanne est renommée pour la pratique du naturisme qui perdure depuis plus d'un demi-siècle, et un grand nombre de drômois et drômoises  y pratique la nudité intégrale tout au long de l'année. Seuls quelques touristes qui découvrent notre très belle région peuvent se trouver surpris.

Mardi 30 juin :

Une belle et agréable randonnée textile dans les collines ombragées, de Poyols au Col de Beaumont, qui se termine par un sympathique goûté.
Alors que le soleil brillait de tous ses éclats et que le vent faisait défaut, habitué à randonner nu, je peinais plus que de coutume.
Mais bon, il faut savoir s'adapter et profiter des circonstances qui se présentent.

 

Un principe important : Ne jamais être en surchauffe, dégoulinant de sueur !
Même en hiver, tout comme en été, dés que votre sensation de chaleur devient excessive,
enlevez absolument une couche, même si c'est la dernière !

Bernard.



        Catégorie       Répertoire         Home1

Plume

La Belle Justine depuis Barsac

Plusieurs fois reportée, nous avons pu faire cette Rando'Nue le lundi de Pentecôte, 25 mai, par une belle journée ensoleillée avec le passage de quelques gros nuages et par intermitance un vent plutôt frais.
Ce qui est dommage, et je dirai même désolant, comme trop souvent nous nous sommes trouvés que 2 à partager cet espace de nature printanière extrêmement agréable. Pourtant nos randonnées sont très appréciées par ceux qui ont eu la chance de bien vouloir se joindre à nous de nombreuses fois. Un jour férié, quel prétexte pour ne pas participer à nos très agréables sortie, certainement pas le travail !

P1020993a

Au départ de Barsac, quelques hésitations. Nous sommes garés près du pont et la carte indique une rue le long du ruisseau qui est plutôt un passage piétons sur quelques dizaines de mètres. Après renseignements auprès d'un habitant du village, nous devons suivre le fléchage "Col de Barsac".
Une centaine de mètres de ruelles goudronnée, une fillette souriante nous dit bonjour, nous empruntons un chemin de terre, puis bientôt un sentier escarpé toujours le long du ruisseau qui s'enfonce dans la végétation alors que nous grimpons sur des passages de plus en plus raides.

P1020969a

Nous sommes nus depuis déjà un long moment, mais l'effort de cette montée, bien que globalement ombragée, nous fait transpiré à grosses gouttes et la sueur nous coule dans les yeux.

P1020973a

Nous arrivons sur un chemin, le Col de Barsac, plusieurs sentiers et une clairière. Nous choisissons cet espace pour pique-niquer entourés de centaines de fleurs. Les petits genêts en pleine floraison parfument agréablement l'espace.

P1020975a

Alors que nous sommes bien installés sur un coin d"herbe fraiche, 2 couples de jeunes avec des chiens arrivent et s'installent un peu plus loin pour manger. Les dames se mettent en soutien gorge, nous nous couvrons succinctement avant de poursuivre notre périple. Ce sera notre seule rencontre.

Thym

Bientôt nous prenons sur notre gauche un sentier des plus agréables qu'il puisse être, bordé de cytises et autre végétation luxuriante.

P1020988a

Le sentier se rétrécit et surplombe un à-pic profond de presque 40 mètres que la végétation couvre partiellement pour ne pas trop nous impressionner. Mais le temps que met le jet d'une pierre pour atteindre de fond nous confirme bien la profondeur de ce canyon.

Fleurs bleues

Puis non loin de nous, un peu plus bas derrière un bois de pins noirs, se dresse un rocher sur lequel il semble subsister une ruine,

   … / ...

Lire la suite

Cinq Rando'Nues du 2 au 8 mai

Nous avons fait 5 randonues dans la semaine du 2 au 8 mai en compagnie d'un Sisteronais, d'un couple Strasbourgeois, puis d'un Drômois et moi.

Le samedi 2 mai au Col Royet avec la visite de la grotte du Fournet, puis une boucle vers la source Saint Martin.

Source st martin 717a

Une erreur de parcours nous mène directement vers le Gîte Fontcouverte, réduisant considérablement la boucle de 9 Km initialement prévue.

Dsc 0728b

De là, nous irons jusqu'à la source de Saint Martin en suivant la Combe Tortel. Le trajet réalisé sera réduit à environ 5 Km avec un dénivelé total d'environ 300 mètres.

Combe tortel a

C'est une belle journée qui s'est offerte à nous pour le plaisir de chacun.

°°°°oooOooo°°°°
 

La journée suivante, dimanche 3 mai, nous partons pour les Rochers des Blaches depuis Pennes le Sec.

Dsc 0741b

Nous nous dirigeons pour contourner les rochers par la droite, la montée est raide et en plein soleil, mais bien vite nous passerons sur le versant Nord et sous couvert de la forêt de fayards. Toute cette partie est en descente régulière et nous paraît interminable.

Rimon 740b

Face à nous, au-dessus d'une pente désertique, nous apercevons le village de Rimon, commune de Rimon et Savel. Francis en profite pour faire un jeu de mots "Rimel et Savon" qui sera plus familier pour les dames !

Dsc 0744b

C'est à présent une grimpée en lacets à flanc de rochers qui nous amène au Pas des Blaches.

Dsc 0737b

Passé cette porte rocheuse, c'est ici que nous mangerons, profitant du soleil qui joue à cache cache avec les nuages. La hameau de Savel est en contre-bas.

Savel 742b

Nous prenons la descente qui nous mène vers une piste forestière bordée de pins. Puis c'est 700 à 800 mètres de bitume qui nous ramènent à Pennes le Sec.

Pour terminer cette belle journée, nous visiterons le village entièrement rénové.

°°°°oooOooo°°°°

La deuxième étape de cette semaine nous fera découvrir 3 autres randonnées.

   La suite de ce billet est réservée aux adhérents de l'association des MNVR ...

Lire la suite

Combe Charonnière-Soubreroche

La belle journée du dimanche 10 mai nous a conduit sur les hauteurs des environs de Boulc avec Francis, Benoît et Pierre.

Dsc 0821a

Nous partons du hameau de Combe par le sentier escarpé qui monte vers Soubreroche ...

Dsc 0818a

Comme ce lézard, libres dans une nature préservée par des reliefs imposants, nous pouvons maintenant exposer notre peau au rayons bienfaisants du soleil.

Dsc 0822a

Quel travail ont fait nos ancêtres 'les Romains' pour gravir cette falaise et atteindre le plateau avec de nouvelles zones cultivables !

Dsc 0826a

Pour éviter de nous rhabiller, nous éviterons le village de Soubreroche en coupant par les prairies parsemées de quelques orchidées.
Rejoignant un chemin, avant de prendre le sentier qui continue de monter, nous croisons un promeneur que nous saluons. Ce sera notre seule rencontre.

Dsc 0825a

Un peu d'encombrement que vous franchirons sans trop de difficultés nous attend sur ce sentier qui parait peu fréquenté.

Puis c'est l'heure du casse-croûte. Encore un moment de marche pour trouver un endroit confortable, mi-ombre, mi-soleil pour satisfaire chacun, mais les estomacs réclament famine.

   La suite de ce billet est réservée aux adhérents de l'association des MNVR ...

Lire la suite

Soyez bien dans votre Peau

Si une personne habillée vous dit :
"Je suis bien dans ma peau", ne la coyez pas !

Les vidéos de Gilles illustre superbement les randonnées naturistes. Elles présentent une belle promotion pour un naturisme sain et respectueux.

Toutes ces personnes qui randonnent nues, dans de magnifiques paysages.
Liberté et beauté des corps qui peuvent s'épanouir en pleine nature, quel bonheur suprême pour les adeptes de cette pratique qui ne peut faire que des émules.
Et pour nous naturistes, les corps libérés de leurs contraintes vestimentaires sont tous beaux. Mais c'est la beauté intérieure de ces gens simples qui prime, un accueil chaleureux, pas d'hypocrisie, chacun dans sa créature unique est semblable à l'autre. Tous ces ingrédients qui font que cette vie en harmonie avec la nature est exceptionnelle. Tout devient beauté, du plus petit élément que l'on perçoive au gigantisme et à la diversité de la nature qui nous entoure. 

Tharaux 2010a

Cette vidéo a été supprimée de YouTube.

Bien que certains lieux soient très fréqentés, particulièrement au mois d'août, cet évènement prouve que la cohabitation d'un groupe de naturistes n'est nulement incompatible avec la présence de promeneurs habillés.
Oui, c'est en France, en 2010 !   Alors, dire que la France est en retard par rapport à ses pays voisins pour la pratique de la nudité ... faut pas dire n'importe quoi, comme c'est souvent le cas.

Que les naturistes fassent preuve d'un peu plus de sérénité, qu'ils aient plus confiance en eux, qu'ils se regroupent auprès des associations, et la randonue ne posera plus aucun problème. C'est une activité dynamique, responsable et respectueuse. Il n'y a rien de malsain, bien au contraire !

Que l'être humain est beau lorsqu'il est nu et libre !



Pour compléter cet article, je vous propose de regarder la vidéo suivante diffusée sur "Naturisme TV" :

Parole de jeune naturiste

Une jeune naturiste en toute liberté

C’est son premier sentiment de vacances.
Pas de maillot de bain pour profiter des vagues de l’océan, pas de vêtements qui frottent la peau, le vivre nu s’impose tout naturellement. Se rencontrer entre jeunes est facile, la convivialité règne.



        Catégorie       Répertoire         Home1

Plume

Le naturisme … Pourquoi pas vous ?

De plus en plus de Français jugent que le naturisme c'est bien … pour les autres !
Et pourquoi ne serrait-ce pas bien pour vous aussi ?

Laissez vivre votre corps, ne l'emprisonnez pas !


Au-delà de la pudeur engendrée par notre éducation judéo-chrétienne que beaucoup évoquent, je pense qu'il s'agit plutôt du "qu'en dira-t-on" (1) que vous redoutez tant :
     Quel sera le jugement de mon patron s'il apprend que je suis naturiste ? … ne va-t-il pas me licencier !
     Je suis commerçant, j'exerce une profession libérale … mes clients vont fuir !
     Et la famille … je vais droit au blâme !
     Quant aux amis ou collègues de travail … combien de questions embarrassantes ou de moqueries vais-je subir ?
Ce sont les craintes que l'on peut fréquemment entendre, mais jamais : ma religion …

Non, absolument rien de tout ça, les autres sont comme vous avec les mêmes doutes … ou alors, mais vous ne le savez pas, ils font peut-être partie de la grande famille des naturistes.
Chut !!! faut pas le dire, gardons notre bonheur pour nous.

Vous viendait-il à l'esprit de dissimuler certaines de vos activités telles que : Faire du ski, jouer au basket, pratiquer la natation, faire votre jogging, jouer à la pétanque ou tapper une belote, vous jouez peut-être du violon ?
Non, certainement pas et vous en parlez sans retenue à vos amis … alors, pourquoi ne pas en faire autant lorsqu'il s'agit de naturisme !

Mais, lentement, les pratiques et les mentalités évoluent, la nudité se banalise sur les plages, au bord des rivières et sur les sentiers. On n'a plus honte, on est fier de cette pratique saine et valorisante qui protège notre bonne santé, disons le.
On sort des "camps", des espaces naturistes réservés souvent trop rigides, on veut s"évader vers plus d'espace et de liberté.


Et la randonue ?
Charens 533C'est un excellent moyen de communiquer avec la nature, plus près des éléments, dans la convivialité d'un petit groupe d'amis. On s'accoutume aux gouttes de rosée encore fraiches qui tombent sur notre peau, on acquiert vite le réflexe de ne plus se griffer aux branches épineuses, on n'hésite plus au plaisir du bain froid sous une petite cascade de montagne.
Puis l'effort de la marche dans des lieux escarpés tient éloignés tous les esprits pervers et déviants qui abandonneront vite.

Évidemment, plus on se libère de ses contraintes  psychologiques, plus confiant en soi, meilleure est notre comportement lors de rencontres avec des "textiles".
Partager un même espace, échanger nos idées dans le respect, chacun dans la tenue qu'il préfère, c'est une tolérance merveilleuse qui marque une évolution positive de notre société qui a bien besoin de se réveiller face aux pressions médiatiques mercantiles.


Des témoignages nous parviennent :
     "Lors d'une randonnée naturiste, nous avons rencontré d'autres randonneurs, nous avons échangé quelques propos et nous avons même marché un moment ensemble"
     Au cours de nos randonnées, lors de rencontres où nous sommes restés nus, le dialogue s'établit, on nous propose de nous prendre en photo ensemble, on nous interroge, on nous félicite ...

Nous n'avons pas encore la liberté de nos voisins allemands à propos de la nudité publique que beaucoup d'entre nous envient.

Forum allemagnomaxExtrait d'une discussion sur le Forum de "AllemagnOmaX"

Mais soyons patients, les choses évoluent même si la France accuse un certain retard par rapport à ses voisins.
Nul besoin de changer la loi contre l'exhibition sexuelle qui ne nous concerne pas vraiment, alors que la jurisprudence  s'adapte à nos pratiques.
C'est l'état d'esprit de nos chers concitoyens qui doit s'accoutumer à une nudité naturelle et décomplexée et ne pas faire l'amalgame avec la sexualité qui doit rester strictement du domaine privée de chacun.

Le naturiste, qu'il soit randonneur ou adepte de la plage et de la bronzette, laisse son emplacement propre après son passage, il veille à ne pas détériorer la nature mais à la protéger, il préserve sa santé et veille à une alimentation équilibrée, il reste discret pour ne pas gêner les autres.
Le naturisme n'est pas une activité, mais peut s'appliquer aux activités les plus diverses, bricoler à la maison, faire son jardin … et aussi des activités plus professionnelles, le vigneron nu dans sa vigne ou les emplois tourisme dans les centres naturistes.
Hé oui ! l'Agence pour l'Emploi propose des postes dans des structures naturistes où la nudité est obligatoire, c'est bien réel, n'en soyez pas surpris.

Bernard.


(1) - Le "qu'en dira-t-on" est l'âme des médiocres, des oasifs qui n'ont rien d'autre à faire que de bavasser !



        Catégorie       Répertoire         Home1

Plume

 

Soleil de janvier

La Météo annonce une journée printanière pour ce samedi 10 janvier, 7 à 16°C sans vent et avec un ciel sans nuages.

Personne n'a répondu à l'annonce de cette sortie, c'est dommage car cette journée est exceptionnelle en cette saison. Mais je ne veux pas manquer cette occasion de profiter pleinement d'un soleil radieux, c'est donc seul que je ferai cette balade.

Treize heures tout juste passée, j'arrive au Col de Pennes, personne … et l'air est doux. Je peux me mettre immédiatement en tenue d'Adam et j'attaque la montée sac à dos et chaussures de marche aux pieds. L'atmosphère est des plus agréable qu'il soit, c'est un réel bonheur, bonheur bien nécessaire pour ne pas tomber dans la psychose des évènements tragiques de ces derniers jours qui ont vu la décapitation de l'hebdomadaire "Charlie Hebdo" par un groupe terroriste … Quelle lâcheté de s'attaquer, Kalachnikov en main à des hommes sans armes, honte à ces fanatiques.

Entre les buis et parmi la rocaille, la montée est raide … Dur, dur, dur, il faut éliminer les excès alimentaires de ces dernières semaines, le soleil frappe de tous ses rayons que la roche de calcaire blanc réverbère, la sueur sur mon front coule jusque dans mes yeux. Qui osera dire qu'il faut être fou pour se balader nu en hiver, que le froid doit être insupportable ! Rien de ces idées préconçues, ou simple prétexte pour ne pas dire "Je n'oserai jamais". Ah ! cette satanée pudeur bien Française.

Je commence à bien connaitre ce sentier avec ces points de vue magnifiques : Les vallonnements de la montagne qui ondule d'Aucelon à Brette et joue entre ombres et lumière, la vallée de la Roanne qui coule vers la montagne des 3 Becs, de l'autre coté, la vallée de la Drôme dominée par le majestueux massif du Glandasse et plus au loin la chaine du Dévoluy coiffée de blanc. La falaise, parfois à moins d'un mètre sur ma gauche est impressionnante, elle domine de 50 mètres le forêts de pins ou de hêtres et laisse apparaitre par tronçons la route qui monte en lacets vers le col. Le village de Barnave passe progressivement dans l'ombre froide de l'hiver alors que la crête brûle encore au soleil.

Je continue à placer quelques cairns et à élaguer quelques branches pour faciliter le repèrage du chemin, sans toucher aux passages serrés sous les buis qui ajoutent de la fééerie à ce parcours. Bien que relativemnt physique, l'accès ne nécessite aucun équipement spécial et est praticable même par les enfants sous la stricte surveillance de leurs parents. Ne pas s'éloigner du sentier, sous le risque de se trouver bloqué au milieu d'un tailli impénétrable ou au bord d'un rang rocheux infranchissable et fréquent dans cette zone.

Bonne balade à tous,
et mieux encore, venez nous rejoindre.

Bernard.



        Catégorie       Répertoire         Home1

 

Vous ne trouverez sur ce site que du texte, des photos
ou vidéos
 relatifs à la 
nature et à la nudité simple.

Rien de choquant pour les enfants, mais le conseil des parents est préférable.

Introduction mnvr

Si vous cherchez un contenu pornographique, ce n'est pas ici.
Si vous risquez d'être choqué(e) par la nudité,
cliquez ici pour quitter cette page.